En matière de création d’entreprise, il faut partir d’une idée. Cette idée provient de plusieurs canaux qui sont l’observation de la vie quotidienne et des besoins non satisfaits. Parfois, cela peut aussi être un simple copier/coller d’une expérience qu’on a  lu ou vu sur internet ou sur un média quelconque.

Une fois que l’idée est entrée dans le créateur, elle l’obsède, il y pense jour et nuit, et il recherche les signaux dans son environnement qui viennent confirmer son intuition.

Là, il existe un clivage entre les typologies de créateurs.

– la première catégorie est celle où le créateur considère qu’il travaille sur un  dossier top secret ou secret défense. Il va s’enfermer et faire toutes les recherches possibles et imaginables. Il veut dompter son idée, la maîtriser et en devenir un expert. Avoir un créateur de cette typologie devant soi est quelquefois impressionnant car il a réponse à tout et tout est organisé psychiquement pour ne pas être mis en doute. Ce sont des porteurs de projets à forte conviction mais sans trop de mobilité intellectuelle. ça réussira comme ils l’ont envisagé ou pas.

En résumé, je les appelle les astronomes, capables d’analyser un ensemble de phénomènes à distance, mais n’ayant jamais posé le pied sur l’astre observé.

– la 2eme catégorie est celle du pragmatique. Sa posture est de dire : « j’ai pensé à ça mais je suis pas sûr que ça soit validé par le marché ». On a là des créateurs avec l’envie d’aller se frotter au marché et à leurs acteurs pour transformer la vision initiale en réalité. Ceux là en général sont des opportunistes (dans la bonne acception  du terme) et vont savoir faire pivoter le modèle s’il s’avère non adapté.

Ceux là sont plus ouvert aux conseils, à la remise en question de leur idée et de la manière de la mener. Pour bien les accompagner, étant donné qu’ils ont quelquefois trop ouverts, il faut aboutir à la V1 de leur projet, les lancer et leur dire que le modèle va s’adapter au fur et à mesure.

J’appelle cette 2ème catégorie les astronautes, prêts à mener toute mission d’exploration, d’effectuer les prélèvements et seulement après les analyser.

Le job d’un coach entrepreneurial est de développer les qualités complémentaires de ces 2 postures.

Etre trop dans l’analyse est risqué car l’analyse du marché peut ne pas correspondre à la réalité.

Etre trop dans l’action peut faire passer un créateur à côté d’éléments importants sur un marché.

Newsletter

Newsletter

Recevez nos dernières infos, nos conseils, et les dates de nos prochaines formations.

Vous êtes inscrit à notre Newsletter. A bientôt :-)

Pin It on Pinterest